Bionique  

Bioluminescence

Un poisson qui grogne

Porichthys notatus, le poisson-crapaud

BIONIQUE : Petit observatoire des inventions de la nature :

Porichthys notatus grogne, ce qui est original pour un poisson.

Porichthys notatus grogne à l'aide de savessie natatoire.  JPEG - 116.1 ko
Un poisson qui grogne
Porichthys notatus grogne à l’aide de savessie natatoire.

Mais en plus, il est capable d’émettre une bioluminescence.

C’est un poisson des côtes nord-américaines de l’Océan Pacifique qui vit en eaux peu profondes.

En période de reproduction, le mâle construit un nid sous les cailloux du fond de la mer et émet des sons que capte la femelle. Lorsque celle-ci est prête à s’accoupler, elle s’illumine et le mâle se met à grogner. si elle s’approche, attirée par les grognements, le mâle clignote et devient rose luminescent.

Poriphchthys n’est pas le seul poisson qui grogne. Le Maigre Argyrosomus regius aussi, poisson marin de l’atlantique et de la Méditerranée, de la famille des sciaenidés. il produit du bruit en période de frai, agissant sur un muscle qui fait résonner sa vessie natatoire. Le bruit qu’il émet est audible depuis un bateau si celui-ci est à la verticale du banc de maigres. Il se fait ainsi repérer par les pêcheurs par des grognements qui s’entendent jusqu’à à une dizaine de mètres plus haut.

Dans la famille des Triglidae, certains poissons sont capables d’émettre des bruits en cas de danger. Ce grognement est produit par la vibration de leur vessie natatoire.

la bioluminescence de Porichthys est due au fait qu’il se nourrit de petits crustacés ostracodes luminescents, Vargula hilgendorfii. s’il est privé de Vargula dans son alimentation, en aquarium par exemple,il n’émet pas de luminescence ; Il se contente de grogner. la luminescence lui revient, déclenchée par l’intérêt de la femelle, dès qu’il mange à nouveau Vargula hilgendorfii.

Vargula hilgendorfii émet une lumière de couleur bleue à violette, de longueur d’onde variant de 448 à 452 nm dans l’eau de mer. parce qu’elle produit une forme de luciférine, nommée Cypridina luciferin.

Non, en fait ce sont les oeufs de Porichthys notatus, le poisson qui grogne et qui mange de la lumière vivante (Vargula) pour emettre sa luminescence.  JPEG - 35.4 ko
Du raisin dans la mer ?
Non, en fait ce sont les oeufs de Porichthys notatus, le poisson qui grogne et qui mange de la lumière vivante (Vargula) pour emettre sa luminescence.

Des livres sur le sujet de la bioluminescence et des organismes lumineux, à commander chez votre libraire ou à consulter dans les bibliothèques de prêt :

  • « Le monde lumineux des océans » de Catherine VADON, océanographe maître de conférences spécialisée dans la diffusion des connaissances au Museum National d’Histoire Naturelle.
    Livre de Catherine VADON, édité chez Belin en 2010, disponible à la librairie du Museum National d'Histoire Naturelle de Paris.  JPEG - 40.1 ko
    Le monde lumineux des océans
    Livre de Catherine VADON, édité chez Belin en 2010, disponible à la librairie du Museum National d’Histoire Naturelle de Paris.
  • « Les animaux phosphorescents » écrit par Anita Ganeri, illustré par Obin, Roger Stewart et Peter Sarson, traduit de l’anglais par Nicolas Dupin (titre original : « Creatures that glow »), Editions Epigones, 1996.
    le titre original du livre d'Anita Ganeri est « Creatures that glow », ce qui est plus exact que « phosphorescents ».  JPEG - 40.2 ko
    Les animaux phosphorescents
    le titre original du livre d’Anita Ganeri est « Creatures that glow », ce qui est plus exact que « phosphorescents ».
 

Répondre à cet article