Bionique  

Bionique : petit observatoire des inventions de la nature

S’allumer

S’allumer pour baliser le repérage d’un partenaire, en vue de copuler, ou pour leurrer et attraper des proies comestibles...

Pyrophorus noctilucus, coléoptère bioluminescent  JPEG - 4 ko
S’allumer
Pyrophorus noctilucus, coléoptère bioluminescent

Le petit insecte coléoptère Pyrophorus noctilucus, tucu-tucu (tuco au Costa Rica) ressemblant à un cafard, possède deux yeux verts fluo pour briller dans les nuits profondes.

S’allumer

  • pour baliser le repérage d’un partenaire, en vue de copuler, par exemple Lampyris noctiluca,
  • pour se camoufler vis à vis de ses prédateurs, ainsi que le fait le petit poisson hache Argyropelecus aculeatus,
  • ou pour leurrer et attraper des proies comestibles, ainsi font les larves de la mouche Arachnocampa luminosa et la minuscule baudroie des abysses Melanocetus johsoni...
    La minuscule baudroie des abysses possède un leurre lumineux en forme de canne à pêche, qui lui permet d'attirer des proies sans courir (nager) après.  JPEG - 9.2 ko
    S’allumer
    La minuscule baudroie des abysses possède un leurre lumineux en forme de canne à pêche, qui lui permet d’attirer des proies sans courir (nager) après.

La lumière vivante, ou bioluminescence

La luciole s’allume par dessous pour attirer un partenaire. Aujourd’hui la pollution lumineuse nocturne compromet ce type de signalement ...

Eclairage bioluminescent en dessous du corps d'une luciole.  JPEG - 12.6 ko
S’allumer dessous
Eclairage bioluminescent en dessous du corps d’une luciole.

Certaines espèces des profondeurs benthiques marines ne sont pas capables de produire eux même de la lumière. En effet, les calamars luminescents, par exemple, ne contiennent pas la luciférase soit l’enzyme nécessaire à la production de lumière.

La bioluminescence, ou lumière vivante, d'un calmar lumineux Sepioteuthis lessoniana, vivant dans les profondeurs de la mer.  JPEG - 14.2 ko
S’allumer
La bioluminescence, ou lumière vivante, d’un calmar lumineux Sepioteuthis lessoniana, vivant dans les profondeurs de la mer.

Cependant, ils émettent quand même de la lumière car ils s’associent avec des bactéries luminescentes, capables de produire de la lumière.

Le poisson abyssal Photoblepharon palpebratus, ou poisson lanterne, ou (flashlightfish) est capable d’éteindre et rallumer ses lumières, dues à des bactéries lumineuses logées dans des organes spécialisés sous les yeux du poisson lanterne.

Photoblepharon palpebratus, poissons-phares dont les pêcheurs prélèvent les organes lumineux (remplis de bactéries lumineuses Aliivibrio fisheri) et s'en servent comme appât pour leur pêche.  JPEG - 48.5 ko
Poissons-phares
Photoblepharon palpebratus, poissons-phares dont les pêcheurs prélèvent les organes lumineux (remplis de bactéries lumineuses Aliivibrio fisheri) et s’en servent comme appât pour leur pêche.

Des livres sur le sujet de la bioluminescence et des organismes lumineux, à commander chez votre libraire ou à consulter dans les bibliothèques de prêt :

  • « Le monde lumineux des océans » de Catherine VADON, océanographe maître de conférences spécialisée dans la diffusion des connaissances au Museum National d’Histoire Naturelle.
    Livre de Catherine VADON, édité chez Belin en 2010, disponible à la librairie du Museum National d'Histoire Naturelle de Paris.  JPEG - 40.1 ko
    Le monde lumineux des océans
    Livre de Catherine VADON, édité chez Belin en 2010, disponible à la librairie du Museum National d’Histoire Naturelle de Paris.
  • « Les animaux phosphorescents » écrit par Anita Ganeri, illustré par Obin, Roger Stewart et Peter Sarson, traduit de l’anglais par Nicolas Dupin (titre original : « Creatures that glow »), Editions Epigones, 1996.
    le titre original du livre d'Anita Ganeri est « Creatures that glow », ce qui est plus exact que « phosphorescents ».  JPEG - 40.2 ko
    Les animaux phosphorescents
    le titre original du livre d’Anita Ganeri est « Creatures that glow », ce qui est plus exact que « phosphorescents ».
 

Répondre à cet article