Bionique  

C’est l’heure...

Ouvrez les bagages !

les graines bien rangées...

BIONIQUE : Petit observatoire des inventions de la nature :

Fruit sec du Mouron rouge Anagallis arvensis  JPEG - 71.5 ko
Capsule libérant ses graines
Fruit sec du Mouron rouge Anagallis arvensis

Avant d’être libérées, lorsqu’elles sont parvenues à maturité, les graines des plantes sont stockées dans des conteneurs en forme de lanternes ou de cages, calices, coupelles, patelles, akènes, cosses (pour beaucoup de légumineuses), gousses, épis, qui sont des caryopses (pour les céréales), capsules, follicules, pyxides dotées parfois de couvercles, schyzocarpes et siliques.

les graines ne sont pas encore mûres. La valise-fruit se dessèchera et les graines à maturité seront presque noirs.  JPEG - 150.2 ko
Les valises de la Nigelle
les graines ne sont pas encore mûres. La valise-fruit se dessèchera et les graines à maturité seront presque noirs.
  • L’Alkékenge ou Lanterne Physalis alkekengi en forme de cage, entogame (autrement dit qui est pollinisée par les insectes).
Physalis alkekengi  JPEG - 125.9 ko
Valise en forme de cage
Physalis alkekengi
  • Le fruit séché, en forme de calice, du coquelicot Papaver rhoeas, messicole, disperse une multitude de graines
Peut-être l'inspirateur de l'invention de la salière, Papaver rhoeas lâche ses graines mûres.  JPEG - 93.5 ko
fruit séché, en forme de calice, du coquelicot
Peut-être l’inspirateur de l’invention de la salière, Papaver rhoeas lâche ses graines mûres.

Les graines doivent voyager, même tout près, pour se reproduire.

Quand elles sont disséminées par le vent, on parle d’anémochorie :

Les graines sont dotées d'aigrettes qui leur permettront de voyager loin à l'aide du vent.  JPEG - 48.6 ko
Anémochorie des graines de Araujia sericifera
Les graines sont dotées d’aigrettes qui leur permettront de voyager loin à l’aide du vent.

Quand les graines des plantes sont transportées par les animaux on parle de zoochorie.

  • Les griffes du diable Harpagophytum procumbens, s’enfoncent, grâce à leurs harpons, dans les pattes des animaux, qui ont beaucoup de mal à s’en débarrasser.
Harpagophytum procubens  JPEG - 12.2 ko
Graine des « griffes du diable » dotée de harpons
Harpagophytum procubens
  • Les graine de la Luzerne Medicago polymorpha, semblables à de petites roues dentées en forme de spirale, s’accrochent aux poils et toissons des animaux et aussi à nos pantalons et chaussettes. C’est du covoiturage.
Les graines de la luzerne Medicago polymorpha s'accrochent aux poils des animaux pour voyager loin.  JPEG - 58.7 ko
Zoochorie de la luzerne
Les graines de la luzerne Medicago polymorpha s’accrochent aux poils des animaux pour voyager loin.

Quand les graines des plantes sont transportées par l’eau des mers ou des rivières, on parle d’hydrochorie.

  JPEG - 23.2 ko
Hydrochorie des akènes du Lotus

Le lotus Nelumbo nucifera qui produit des fruits (akènes) qui murissent au fond d’un réceptacle en forme de pomme d’arrosoir. Quand ils sont mûrs, le réceptacle se détache, se retourne pointe en l’air et part à la dérive ou est poussé par le vent. Il finit par accoster une berge ou pourrir et laisser les graines tomber au fond de l’eau pour germer.

Et quand les plantes doivent se débrouiller toutes seules pour disséminer leurs graines, c’est de l’autochorie.
Le fruit du lotier se tord pour expulser sa graine. le fruit de l’Erodium, un géranium sauvage, vrille et dévrille comme une vis dans le sol pour y installer sa graine.. Le cornichon d’âne Ecballium elaterium, crachent leurs graines et l’Oxalis ou cardamine hérissée mitraille les alentours de ses minuscules semences.

Stockage et libération (dissémination).

Les graines sont conservées dans différentes séminothèques et les fruits dans les carpothèques des Museum d’Histoire Naturelle.

DES LIVRES à commander chez votre libraire ou bien à consulter dans les bibliothèques de prêt :

  • Graines et fruits, une histoire botanique, poétique et gourmande / textes d’Emmanuelle Grundmann, photographies de Muriel Hazan, édition du Rouergue, 2012.
    Avec des textes d'Emmanuelle Grundmann et des photographies de Muriel Hazan, éditeur Rouergue  JPEG - 37.5 ko
    Graines et fruits
    Avec des textes d’Emmanuelle Grundmann et des photographies de Muriel Hazan, éditeur Rouergue
  • Fabuleuses histoires de graines de Lionel Hignard avec des illustrations de Pierre Botherel et des photographies Biosphoto, chez Belin, 2011. Pour apprendre à reconnaître les graines et s’amuser à découvrir leur utilité. Des plus célèbres aux plus banales en passant par les plus grosses, l’auteur raconte leur histoire, des anecdotes et leurs usages insoupçonnés.
  • Étranges ou banales, il existe un nombre incalculable de graines. Leur taille, leur forme et leurs couleurs sont d’une extraordinaire variété. Des plus célèbres, le café ou le cacao, les pistaches, les amandes, la vanille, à la plus grosse, celle du lys de mer, aux plus banales, telles celles du blé, de l’orge, du maïs, des lentilles ou aux plus petites, celles du mil ou des radis, Lionel Hignard nous raconte l’histoire de ces graines de fleurs, de fruits et de légumes. Riche de symboles ou simple élément de la vie quotidienne, chacune participe d’un savoir-faire, se trouve au coeur d’une anecdote, concurrence sa voisine au travers de petits et grands records. Si nombre d’entre elles nourrissent les humains et les animaux depuis la Préhistoire, d’autres ont des usages souvent insoupçonnés : elles servent de monnaie d’échange*, d’instruments de pesée, de mesure ou de musique.
    de Lionel Hignard, chez Belin.  JPEG - 33.5 ko
    Fabuleuses histoires de graines
    de Lionel Hignard, chez Belin.
  • « Des graines et des hommes » de Romain Dufayard, éditeur Sang de La Terre, dossiers Ecologie, 2010.
  • Le grand livre des étonnantes graines, de Nathalie Vidal avec des illustrations cartographiques de Barbara Martel, Editeur Orphie, 2011.

* Les Aztèques et les Mayas se servaient de graines de cacao comme monnaie d’échange.

 

Répondre à cet article