Bionique  

Des terriers aux earthship...

Qui a commencé ?

Les blaireaux (Meles meles) partagent quelquefois leur terriers aux multiples issues et entrées avec des renards, qui eux, de toutes façon, au sujet d’un gîte pour leurs petits, sont souvent tributaires des blaireaux dont les griffes sont plus longues et plus robustes. D’ailleurs ce sont les femelles des renard qui ont besoin d’un terrier, le temps de mettre bas et d’élever leur progéniture. Ensuite les renards prèfèrent dormir dehors…

Solitaire, Anthophora abrupta malaxe de la poussière avec sa salive pour élaborer un abri isolant à sa descendance future.  JPEG - 42.7 ko
Abeille à l’entrée de sa loge en terre crue.
Solitaire, Anthophora abrupta malaxe de la poussière avec sa salive pour élaborer un abri isolant à sa descendance future.

Anthophora abrupta, charmante abeille solitaire, construit son nid en terre crue mélangée avec sa salive.
Elle n’est pas seule, dans le monde animal, à utiliser la terre pour construire son habitat et y élever sa progéniture à l’abri des intempéries.

Certaines termites, mais pas toutes, construisent en terre, crue d’abord mais qui finit par être cuite par le soleil. Dotées de pièces buccales broyeuses, les termites champignonistes (Macrotermes natalensis) édifient en terre mâchée des nids spectaculaires mesurant parfois plusieurs mètres de haut.

Partie aérienne d'une termitière en Côte d'Ivoire (Afrique).  JPEG - 41.2 ko
Termitière
Partie aérienne d’une termitière en Côte d’Ivoire (Afrique).

En Guyane, on peut voir des termitières suspendues dans les arbres.
En Angola des petites termitères ont un toit et ressemblent à des champignons.

  JPEG - 32.2 ko
Terrier de renards

Certains renards (Vulpes vulpes) creusent souvent leur terrier, doté de plusieurs sorties, sous les racines d’un arbre et parfois se contentent d’occuper un ancien terrier de blaireau (Meles meles) et le modifient si nécessaire. L’abri comprends plusieurs galeries et, parfois, blaireau et renards cohabitent. Le terrier n’est occupé par la femelle du renard que lorsqu’elle a des petits et parfois elle partage l’habitat avec une autre femelle.

  JPEG - 35.4 ko
Blaireau dans son terrier

Les lapins de garenne, qui ont de nombreux prédateurs, utilisent régulièrement leurs terriers (creusés avec leur griffes robustes), pour y trouver refuge rapidement. Malgré leurs multiples issues, les serpents, belettes et furets n’auront aucun mal à découvrir les portées vulnérables et appétissantes dans les diverticules du terrier.

  JPEG - 26 ko
Terrier de lapins de garenne
  JPEG - 16.1 ko
Orycteropus à l’entrée de son terrier.

Les griffes de l’Oryctérope (Orycteropus afer) lui servent à creuser son terrier mesurant parfois plus de dix mètres, et doté d’environ 20 entrées. Un Oryctérope creuserait, dit-on, plus vite que 3 hommes adultes munis de bêches. Et il creuse les termitières pendant la nuit, attrape les termites avec sa langue gluante puis les mâche avec ses dents en forme de tube et sans racine qu’il est le seul animal vivant aujourd’hui à posséder. On trouve ce type de dents sur des fossiles animaux très anciens mais nous y reviendrons. Nous en étions aux terriers...

 

Répondre à cet article