Bionique  

Ecologie

Carapaces, toits, coquilles...

Protections ouvertes ou fermées...

BIONIQUE : Petit observatoire des inventions de la nature :

Les cloportes (Armadillidium vulgare) se protègent en s’enroulant grâce aux articulations de leur carapace, composée de calcaire, de phosphate de calcium et de chitine.

  JPEG - 32.7 ko
Cloporte enroulé à l’intérieur de sa carapace articulée.

D’autres animaux sont moins souples, comme la tortue qui rentre dans sa coquille. Ensuite, tout dépend de la détermination du prédateur, un gagnant, un perdant, c’est le grand jeu de la survie...

Dans les eaux douces et dans les eaux salées, les mollusques se déplacent dans leur milieu pour brouter leurs pâturages d’algues. Leur masse viscérale est recouverte par un manteau, qui sécrète des spicules calcaires formant une coquille calcaire. Leur pied musculeux sert à ouvrir ou fermer la coquille. La science consacrée à l’étude des mollusques est la malacologie, de l’équivalent grec malakos, « mou ».

Anodonta anatina nomadise en tenant sa coquille au dessus-d'elle par extension de son muscle.  JPEG - 45.9 ko
Moule d’eau douce
Anodonta anatina nomadise en tenant sa coquille au dessus-d’elle par extension de son muscle.

Energie solaire et petite roulotte en bois, en forme de tortue.

  JPEG - 45.2 ko
Roulotte ressemblant à une tortue.

Le sculpteur Brian JUNGEN, qui utilise essentiellement des objets de production industrielle construit un abri en forme de carapace de tortue.

Un abri en forme de carapace de tortue construit à l'aide de poubelles en plastique. Oeuvre du sculpteur Brian JUNGEN.  JPEG - 25.7 ko
Carapace de Brian Jungen
Un abri en forme de carapace de tortue construit à l’aide de poubelles en plastique. Oeuvre du sculpteur Brian JUNGEN.

différentes formes de coquilles de mollusques, à symétrie bilatérale : La coque(lat. coccum) ou bucarde, Cerastoderma, praire de la famille des vénèridés, coquille st jacques Pecten maximus, huître, couteau, planorbe, escargot, brachiopode, patelle, porcelaine, mitridé, ormeau etc...

 

Répondre à cet article