Bionique  

Outils

Une poche à l’envers

BIONIQUE : Petit observatoire des inventions de la nature :

La poche des marsupiaux Marsipalia, du grec marsipos « sac »

Australie - Nouvelle Guinée - Amérique du Sud

au niveau anatomique, les organes reproducteurs mâles et femelles, internes et externes, sont pairs, doubles ou bifides selon les espèces.

La fameuse poche marsupiale, Marsupium ou Mastotheque,, ce repli de peau qui recouvre les tétines auxquelles les petits s’accrochent, n’est pas présent chez toutes les espèces. Chez certaines,les petits pendent sous la femelle, chacun fixé à sa tétine et la femelle essaye d’éviter qu’ils traînent trop par terre. Il y a des espèces chez lesquelles la poche s’ouvre vers l’avant ou vers le haut (opossums, kangourous)

Embryon de kangourou accroché à une tétine dans la poche marsupiale de sa mère.  JPEG - 12.3 ko
Poche marsupiale
Embryon de kangourou accroché à une tétine dans la poche marsupiale de sa mère.

et d’autres espèces chez lesquelles la poche s’ouvre vers l’arrière ou vers le bas (wombats, koalas). Les wombats étant quadrupèdes et fouisseurs, on comprend l’intérêt d’une poche à ouverture arrière : cela évite qu’elle se remplisse de terre et de gravats à chaque excavation. dans le cas du koala c’est plus étonnant. Il faut donc supposer que ses ancêtres étaient quadrupèdes et que son passage à une vie arboricole est plutôt récent. Le petit a quand même intérêt à bien se cramponner à son têton !

Un autre cas curieux est celui du yapok Chironectes minimus ou loutre marsupiale. Seul marsupial vraiment adaptée à la vie aquatique, le yapock, d’Amérique centrale et du sud, a de longs orteils palmés et une fourrure imperméable. La poche marsupiale se ferme lorsque le yapok amphibie plonge. Chassant la nuit des poissons, grenouilles, crustacés et des insectes aquatiques, il se repose le jour dans un terrier creusé dans une berge.

Puissante pagaie : le yapok, loutre marsupiale, nage avec ses pattes postérieures palmées et utilise ses pattes antérieures pour saisir ses proies au fil du courant.

Chez les non mammifères La femelle du bathynome géant, Bathynomus giganteus, un crustacé, lorsqu’elle est sexuellement active, développe une poche incubatrice appelée marsupium, située sous le corps, entre les pattes, dans laquelle elle pourra couver ses œufs pour une durée encore inconnue.

La crevette Bathyporeia elegans porte ses oeufs dans une poche ventrale.  JPEG - 4.8 ko
Poche
La crevette Bathyporeia elegans porte ses oeufs dans une poche ventrale.
La crevette géante Bathynomus giganteus possède une poche incubatrice pour porter ses oeufs.  JPEG - 15.4 ko
Poche
La crevette géante Bathynomus giganteus possède une poche incubatrice pour porter ses oeufs.

Chez les hippocampes ou cheval de mer, un poisson, le mâle possède une poche lui permettant de couver les alevins. Les œufs de la femelle passent de son oviducte à la poche du mâle. Celui-ci s’appuie sur le sol et ondule pour permettre aux œufs de bien rouler au fond de sa poche.

 

Répondre à cet article