Bionique  

La Bionique

Contraction des mots « biologie » et « technique », la bionique est la science qui étudie les inventions de la nature pour s’en inspirer dans des structures, des machines et des robots.

Bionique

Squelettes de radiolaires et coupoles géodésiques

BIONIQUE : Petit observatoire des inventions de la nature :

  JPEG - 15.9 ko
Squelette de radiolaire

Un enseignant d’architecture à l’université de Pennsylvanie, Robert le Ricolais (1894-1977), choisit comme objet d’étude les squelettes de protozoaires marins, les radiolaires.

Inventeur de formes, de structures, de calculs statiques nouveaux, Robert Le Ricolais n’était ni architecte, ni ingénieur, ni mathématicien.

  JPEG - 126.4 ko
Coupole géodésique

Ses connaissances scientifiques, particulièrement en chimie, en cristallographie et en zoologie, lui inspirent par analogie des solutions originales dans ce domaine.

Squelette de radiolaire  JPEG - 19.2 ko
La Bionique
Squelette de radiolaire

Les coquillages, les radiolaires, les cristaux sont autant d’exemples de voiles, de réseaux et d’ossatures qu’il essaye de traduire dans des projets qu’il entreprend en collaboration avec de jeunes architectes novateurs.

Le squelette des radiolaires microscopiques est constitué d’assemblages de fins spicules. Le motif de ces baguettes de silice est à la fois complexe et très régulier.

Regroupées par des sortes de « noeuds », elles constituent des structures tridimensionnelles élégantes et très solides qui ont été reprises dans de multiples coupoles géodésiques.

Les radiolaires (ou Radiolaria) font partie du zooplancton ou plancton animal.

------------

Définition radiolaire
Un radiolaire est un protozoaire actinopode marin du genre Radiolaria, abondant dans le plancton de type zooplancton. Il possède un squelette siliceux ajouré laissant passer de fins pseudopodes.
Les radiolaires sont des protozoaires marins microscopiques amiboïdes qui ne possèdent qu’une seule cellule et mesurent de 0,1 à 0,2 mm de diamètre. Leur squelette siliceux est fait de très fines épines, les spicules, qui peuvent être isolés ou jointifs. Dans ce dernier cas, ils forment une coque sphérique remarquablement ouvragée et hérissée de piquants. Les espèces qui vivent à la surface des eaux marines avec les autres animaux planctoniques ont un squelette moins complexe et plus léger que celles qui vivent en profondeur. Elles constituent parfois des roches siliceuses : les radiolarites.

Robert Le Ricolais élabore des systèmes, prend des brevets, publie des articles. On citera : « Les Tôles composées et leurs applications aux structures métalliques légères » (Bulletin de la Société des ingénieurs civils de France, no 5-6, 1935) où il tente d’introduire dans le bâtiment des techniques légères applicables aussi à la fabrication des fuselages d’avions, et « Systèmes réticulés à trois dimension […]

 

Répondre à cet article