Bionique  

Ecosystèmes

Epiphytes

Les filles de l’air

BIONIQUE : Petit observatoire des inventions de la nature :

Ecosystème suspendu complexe, les plantes épiphytes (du grec έπί, sur »,et φυτόν, végétal) se développent en se servant d’autres plantes comme support d’ancrage.

Il ne s’agit pas de plantes parasites car elles ne prélèvent pas de nourriture de leur hôte.

Les épiphytes sont capables d’absorber l’humidité de l’air et trouvent les sels minéraux qui leur sont nécessaires dans l’humus qui se forme, par exemple, dans les creux d’embranchement des arbres (et pourtant sans émettre de racine) et dans l’eau de la pluie et des rosées.

Plusieurs épiphytes peuvent successivement se développer les uns sur les autres.

Des écosystèmes suspendus complexes se constituent ainsi au fil du temps. Sous les tropiques, certains invertébrés et de nombreux amphibiens peuvent y passer toute leur vie, et pendant plusieurs générations, sans jamais descendre au sol, en buvant et pondant leurs oeufs dans l’eau accumulée dans les phytotelmes des broméliacées.

exemple d'un ecosystème complexe.  JPEG - 77.6 ko
Fougères et autres plantes épiphytes agrippées, mais sans le parasiter, sur un tronc d’arbre.
exemple d’un ecosystème complexe.

Les plantes « épiphytes » poussent hors sol sur n’importe quel support et se contentent de l’humidité atmosphérique et de poussières pour se développer.

Ce sont les « Filles de l’air », utilisées en architecture adaptée et en auto-construction sur les toits végétalisés et les murs verts.

Dans le cadre des expériences actuelles pour végétaliser les murs et les toits et introduire la beauté vivante de la nature dans la construction et l’urbanisme , les végétaux qui ont le caractère d’épiphytes (mousses, fougères, broméliacées, aracées, plantes myrmécophyles* etc...) apportent des solutions intéressantes aux problèmes de surcharge des structures portantes puisqu’elles n’ont pas besoin de sol pour survivre.

myrmécophile : se dit de tous les êtres vivants qui vivent en symbiose avecles fourmis.

 

Répondre à cet article